Débat sur les grands enjeux environnementaux de la campagne électorale provinciale

Étaient présents à ce débat à la Tohu:

L’environnement est définitivement sur toutes les bouches. Avant le débat, j’appuyais le Parti vert du Québec, et je l’appuie toujours, malgré la désolante prestation de son représentant. L’ADQ, je n’en parlerai pas, car le candidat a fait piètre figure. Le libéral s’est bien défendu, mais ne faisait pas le poids devant le programme du PQ, et Québec solidaire a très bien tiré son épingle du jeu, en obtenant de la salle plusieurs ovations.

Écouter (2h30, 68,5 Mo)

Comme dans les grands médias, le transport en commun a été mentionné à de nombreuses reprises. Les partis disent tous vouloir investir « massivement » pour les raison qu’on connaît. C’est bien. Mais si les montréalais quittent pour la banlieue, ce n’est pas parce que le transport en commun ne répond pas à leurs besoins, mais bien parce qu’ils cherchent les maisons moins chères, dans des quartiers plus tranquilles. Ça a l’effet pervers d’augmenter l’utilisation de la voiture, car leurs quartiers ne sont peu ou pas desservis par le transport en commun, et ils viennent empirer le problème de pollution de l’air et de bruit.

Investir dans le transport en commun n’est pas suffisant: il faut décourager l’utilisation de la voiture. Ça se fait de plusieurs façons:

  • ajouter une taxe sur l’essence;
  • augmenter le prix du permis de conduire;
  • instaurer des péages sur les ponts menant à Montréal;
  • stopper les nouveaux chantiers routiers comme le prolongement de la 30 et de la 25;
  • mettre en place un incitatif financier pour que les nouvelles constructions à Montréal incorporent davantage de logements familiaux (deux chambres ou plus);
  • diminuer la surface dédiée à la voiture au profit de pistes cyclables, de voies réservées aux autobus et au tramway;
  • appuyer l’auto-partage (Communauto) en l’intégrant au plan de transport de la ville;
  • mettre des vélos en libre-service;
  • modifier l’aménagement urbain de façon à réduire la vitesse (dos d’âne, courbes, sens uniques);
  • verdir la ville en plantant beaucoup plus que les 10 000 arbres promis par Tremblay;

Vous reconnaîtrez ici plusieurs éléments du programme de Projet Montréal, un parti municipal dont je suis membre, tout comme je suis membre du Parti vert.

L’efficacité énergétique a aussi beaucoup fait parler d’elle, pour différentes raisons. Certains la voient comme une façon de se serrer la ceinture pour éviter d’avoir à bâtir d’autres grands barrages hydroélectriques (Québec solidaire) alors que d’autres y voient une façon de faire bénéficier nos voisins du sud d’une énergie plus propre que leurs centrales au gaz et au charbon. Tous s’entendaient aussi pour ne pas hausser le prix de l’électricité. La géothermie a été mentionnée par M. Castonguay (Parti vert) comme une façon plus efficace de se chauffer et de se climatiser, ce qui a reçu une vague d’applaudissements.

À la lumière de ce débat, si je ne votais pas Vert, je voterais pour le Parti Québécois. Ce n’est toutefois pas le seul sujet sur lequel je suis sensible. Lundi prochain, 12 mars, j’invite les membres de FACIL chez moi pour une analyse des programmes politiques afin d’évaluer leur teneur en informatique libre.

Publicités

4 commentaires on “Débat sur les grands enjeux environnementaux de la campagne électorale provinciale”

  1. Robin Millette dit :

    Coral ne cache pas les fichiers de plus de 50 MiB… le fichiers est tout de même accessible, mais c’est ton serveur qui va prendre le coup.

  2. Merci Robin! Mon iAudio U3 génère malheureusement du WMA plutôt que du Ogg ou MP3, et je n’ai pas eu le temps de le convertir hier soir. Le Speex est plus compact, mais la qualité est un peu moins bonne. J’ai copié ton fichier ici.

    Pour l’écouter, ceux qui utilisent Ubuntu doivent installer le paquet « speex » avec le Gestionnaire de paquets Synaptic à partir du menu Système » Administration. Pour les autres, je ne sais pas 🙂

  3. Ann Sophie dit :

    Vos opinions me seraient très utiles pour un projet d’école !

    – Selon vous, les techniques de promotion du transport en commun et son développement sont-ils efficaces?

    – Quelles sont les principales forces et lacunes du système de transport collectif au Québec?


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s