Nous sommes tous reliés par Geni

Si vous n’êtes pas déjà dans la vague de l’internet « deux point zéro », le web social, alors peut-être que c’est par Geni que vous serez conquis.

Celui qui a déjà tenté d’utiliser un logiciel de généalogie avant 2007 aura peut-être réalisé son isolement, l’ampleur de la tâche, et la difficulté de partager le résultat. Guillaume m’avait parlé de Geni en janvier, et après mûre réflexion, je crois que ça vient presque tout résoudre.

Geni est un peu comme l’encyclopédie collaborative Wikipédia, mais pour la généalogie. Vous commencez par créer votre propre fiche, puis vous ajoutez vos parents, frères, soeurs, cousins et enfants. De là, vous pouvez inviter ceux-ci à se connecter et ajouter les membres de leur famille. Par ce jeu, l’arbre prend rapidement de l’ampleur, et vous pouvez voir l’arbre résultant des ajouts de votre famille.

Mais attention, pas question de voir les arbre de gens qui ne sont pas connectés à vous, du moins pas pour le moment. Éventuellement, la majorité des gens seront reliés de près ou de loin, comme dans le site de relations professionnelles LinkedIn, où on peut voir la chaîne de personnes qu’on doit traverser pour s’adresser à quelqu’un qu’on ne connaît pas (genre: un ami d’un ami d’un ami).

Donc, après plusieurs mois à réfléchir sur l’avenir de mon wiki de généalogie, j’ai renoncé à bâtir un logiciel libre qui ferait l’équivalent de Geni. Malheureusement, Geni n’est pas un logiciel qu’on peut télécharger ou améliorer, et on ne peut pas pour le moment exporter les données, qui sont gardées prisonnières. On peut les voir et les imprimer, mais pas les sauvegarder sur son disque.

Personnellement, je trouve ça très dommage, mais j’ai un tout petit espoir que ça devienne possible. Au fond, après tant d’années à m’efforcer de bâtir un arbre généalogique à temps perdu, je suis content que Geni arrive, avec le potentiel d’inclure une majorité de la population. C’est fabuleux, il faut l’admettre, mais ça appartiendra à une corporation…

Publicités

To a man with a wiki, everything looks like a page

Certains ont eu la bonne idée de créer un wiki pour stocker des informations généalogiques, et j’ai fait la même chose. Il y a WikiTree et Rodovid, qui utilisent tous deux MediaWiki avec chacun une extension qui interprète les informations qui doivent être entrées dans un format bien particulier, dans une boîte texte. Je ne suis pas allé aussi loin avec mon installation de MoinMoin, car je ne crois pas que l’interface d’un wiki soit appropriée pour du travail intensif. Les programmes comme GRAMPS font un bon travail en présentant une interface rapide, facilitant l’entrée de données, et ayant une navigation soignée.

Ce que WikiTree et Rodovid reprochent à ces programmes, c’est qu’ils travaillent en « silos », sans permettre de bâtir une base de donnée mondiale. Ils peuvent certes exporter en GEDCOM, mais l’importation de multiples fichiers est un casse-tête que personne n’a vraiment résolu.

Ce qu’on voit, c’est des sites web en HTML, générés à partir du fichier GEDCOM, très peu ergonomiques, souvent laids et incompréhensibles, desquels on ne peut pas facilement extraire les données qui nous intéresse pour les importer dans notre base personnelle. Il y a aussi des sites qui permettent au public d’y déposer leur fichiers et aux visiteurs de rechercher les fichiers des autres. Ces sites ne bâtissent pas une base de donnée mondiale, mais offrent simplement un engin de recherche. Tout ça vient souvent avec des abonnements où l’on doit fournir un numéro de carte de crédit…

Une des solutions, celle adoptée par WikiTree et Rodovic, est d’utiliser un Wiki, et d’y ajouter des fonctionalités au-delà du langage de formattage. Dans une boîte texte, on peut donc écrire « Spouse = Jeanne Marchand ». Ça fonctionne plutôt bien, mais c’est très loin d’offrir une interface efficace pour de l’entrée de données.

Ce qu’il faut, c’est une application Web 2.0 pour la généalogie, utilisant donc HTML, CSS, JavaScript, DOM et Ajax, et qui soit collaborative, dans la ligne de pensée du Wiki, sans être un Wiki.

À partir de ce soir, plus que jamais, je chercherai les bases d’une telle application sur internet, si quelqu’un l’a déjà commencée. Comme bases, il existe le logiciel GRAMPS mentionné plus haut, écrit en Python et dont la structure de la base de données peut probablement être ré-utilisée. Il y a aussi The GENTECH Genealogical Data Model, une mine d’or de 100 pages. Pour le reste, je maintiens une liste de signets sur del.icio.us.


Un wiki pour la généalogie

Il y a presque dix ans, avec cette page, j’avais la réelle intention de tout mettre en ligne ce que j’avais d’information concernant mon arbre généalogique, grâce aux recherches de mon père. J’étais jeune et naïf – je ne connaissait pas grand-chose à la programmation, et la page est horrible, d’un point de vue à la fois du visiteur, et de la maintenance.

Après avoir oublié ce projet (j’en ai toujours trop), j’ai quand-même gardé un intérêt pour la chose. J’avais même assisté au démarrage d’un logiciel de généalogie, prognatus, qui est mort dans l’oeuf, disons, par manque de temps.

La semaine dernière, j’ai reçu un courriel de mon père, envoyé à plus de 20 membres de la famille éloignée, avec une liste des adresses maison, travail, courriel, etc. de tous les membres connus. Jean-Pierre Racicot a alors répondu en mentionnant ma vieille page de généalogie, invitant à y apporter une contribution en ajoutant des photos, ou en créant un site web pour échanger « potins et nouvelles ». C’est la phrase « Y a-t-il un crack de l’informatique dans la salle ? » qui a tout déclenché…

J’ai donc fait une recherche rapide pour trouver un wiki spécialisé dans la généalogie, et je suis tombé sur WikiTree. J’y ai ajouté quelques noms, comme celui de Charles Marchildon. WikiTree est un peu plus qu’un wiki, car il faut entrer du contenu de façon structurée. Par exemple, le texte entré dans la fiche de Charles Marchildon ressemble à:

Surname = Marchildon
Gender = M
Date of birth = 27 February 1884
City of birth =
Country of birth =
Date of death = 8 April 1948
City of death = Batiscan
Country of death = Canada
Child = Lucie Marchildon
Child = Marie Marchildon

WikiTree semble donc répondre à un besoin d’organisation collaborative pour la généalogie.

Un problème majeur, toutefois, est que leur site web est extrêmement lent, et y ajouter beaucoup de fiches peut devenir très long. À la place, et peut-être en attendant que WikiTree soit utilisable, j’ai installé le wiki « MoinMoin » ici:

http://marchildon.net/genealogie/

J’y ai ajouté plus de 40 noms, du plus lointain ancêtre jusqu’à moi, et
quelques autres branches (Racicot et Wirshing, entre autres).

J’invite toute personne intéressée à y contribuer, puisque c’est un wiki (lire: site web collaboratif). Il vous suffit de créer un compte utilisateur en remplissant le court formulaire ici.

Je vais probablement continuer de retranscrire mon ancienne page web vers ce wiki, mais ça risque de prendre beaucoup de temps… À plusieurs on y arriverait plus vite 🙂