The Seven Myths of Energy Independence

Ça fait un bout de temps que je réfléchis à la même chose:

During this transition away from oil, we will still need lots and lots (and lots) of oil to fuel what remains of the oil-burning fleet. If over those 20 years global oil demand were to fall from the current 86 million barrels a day to, say, 40 million barrels a day, we’d still need an average of 63 million barrels a day, for a total of 459 billion barrels, or almost half as much oil as we’ve used since the dawn of humankind.

And here we come to two key points. First, because the transition will require so much old energy, we may get only one chance: If we find ourselves in 2028 having backed the wrong clusters of technologies or policies, and are still too dependent on oil, there may not be enough crude left in the ground to fuel a second try. Second, even if we do back the right technologies, the United States and the world’s other big importers will still need far too much oil to avoid dealing with countries like Iran, Saudi Arabia, and Russia—no matter how abhorrent we find their politics.


Automobilistes: gare aux piétons engagés!

C’est la guerre, aux passages piétonniers. Cet après-midi, coin Rosemont et Pie-IX, ma famille s’engage sur un passage piétonnier pour rejoindre le Jardin botanique. Au même moment, une voiture s’engage dans la bretelle, et franchit un premier passage piétonnier vide, alors que je suis bien engagé sur mon passage bien signalisé. Voyant aucune réaction du conducteur, je ralentis un peu pour ne pas me faire frapper. Réalisant l’absence totale de réaction (la voiture rend légume), je fais un pas en avant pour frapper l’aile arrière du VUS.

C’est la guerre, je vous le dit! Mais cette guerre a ses règles, et ont a quand-même de bonnes manières et on sait négocier pour limiter les pertes de chaque côté. « Regardez avec moi, mon cher monsieur. Là-bas, derrière vous sont dessinées de larges bandes jaunes par-terre, et de chaque côté se trouvent deux pancartes bien claires. Je suis dans mon droit. Or il se trouve que si j’avais gardé le pas, vous m’auriez passé sur le corps! » La réplique fut boiteuse. L’opposant révisera sa stratégie lors des prochaines batailles, je le sens. Peut-être hésitera-t-il avant de frapper le prochain piéton. Ça va arriver, les statistiques sont là pour le prouver. La guerre sera longue.

Les policiers n’y peuvent pas grand-chose, mais ont déjà un parti-pris: ils se déplacent en automobile et n’ont pas plus de considération pour les passages piétonniers. Ils donnent des contraventions aux piétons qui traversent n’importe où, et même le maire s’en réjouit. Le bilan des morts démontre pourtant l’inverse:

  • piétons tués par une voiture en 2007: 28
  • automobilistes tués par un piéton en 2007: 0

Il est évident qu’il est plus dangereux de se déplacer à pied, mais est-ce acceptable? Doit-on bâtir des murs autour de chaque rue, et construire des passerelles et tunnels pour permettre aux piétons de traverser en sécurité? Ou bien doit-on vider la ville pour construire une banlieue tout aussi toxique et insoutenable? À mon avis, la seule issue est de réduire la place des voitures en ville, et ça commence par le respect des piétons et de leur vie.
Je rêve au jour où l’automobiliste que j’aurai frappé s’arrêtera pour s’excuser de m’avoir coupé le passage.


Le 11 septembre est résolu

americanfreepress.net : 9-11 SOLVED

Former Italian President Francesco Cossiga, who revealed the existence of Operation Gladio, has told Italy’s oldest and most widely read newspaper that the 9-11 terrorist attacks were run by the CIA and Mossad, and that this was common knowledge among global intelligence agencies. In what translates awkwardly into English, Cossiga told the newspaper Corriere della Sera:

“All the [intelligence services] of America and Europe…know well that the disastrous attack has been planned and realized from the Mossad, with the aid of the Zionist world in order to put under accusation the Arabic countries and in order to induce the western powers to take part … in Iraq [and] Afghanistan.”

Cossiga was elected president of the Italian Senate in July 1983 before winning a landslide election to become president of the country in 1985, and he remained until 1992.

Espérons maintenant qu’un plan semblable ne cogite pas dans l’esprit de Stephen Harper au Canada…

Merci Marco!


À qui profite la guerre?

À l’émission Pour la suite des choses à la première chaîne radio de Radio-Canada, un invité déclarait que ce qui le chatouille le plus, c’est la guerre. Hier, un rapide retour sur le sujet a mentionné le film Why we fight, que j’ai immédiatement téléchargé par BitTorrent: Why We Fight 2006 DivX AC3.

Ce soir, j’en ai fait l’écoute, et je dois dire que je suis aussi ébranlé qu’en visionnant Une vérité qui dérange (An Inconvenient Truth). J’en conseille fortement le visionnement pour toute personne voulant se faire une meilleure idée de ce que sera le monde le siècle prochain si nous laissons les corporations prendre le contrôle de notre démocratie comme elles le font aux États-Unis.

Je profite enfin de ce billet pour souligner comme Mathieu l’article de Francis Dupuis-Déri, Professeur de science politique à l’UQAM, paru dans Le Devoir: L’armée canadienne en Afghanistan: mission guerrière ou humanitaire?