Cellulaires en accusation

Étant donné que je ne suis pas abonné à la télévision par câble ou satellite, je n’avais pas beaucoup de choix ce soir, et plutôt que d’écouter l’émission insignifiante de Patrice Lécuyer j’ai écouté une émission que j’avais téléchargée avant-hier (par BitTorrent bien sûr) et qui avait piqué ma curiosité: Cellulaires en accusation:

Dans les années 1990, aux États-Unis, l’industrie du téléphone mobile octroie 28 millions de dollars au docteur George L. Carlo pour diriger une étude devant évaluer la dangerosité des ondes électromagnétiques. Le téléphone cellulaire nuit gravement à la santé. Voilà le verdict du chercheur. Un verdict qui tombe comme un couperet pour toute une industrie qui compte bien ne pas se laisser faire face aux multiples procès de consommateurs qui sont lancés contre elle. Le gouvernement américain pourrait également être poursuivi dans cette cause…

Troublant. Le pire, c’est qu’un centre de recherche a trouvé une solution, et que l’industrie la boude puisque ça démontrerait leur culpabilité. Ça me rappelle ma lecture de La soif des entreprises, qui expose comment des gens bien équilibrés peuvent faire en sorte qu’une entreprise cause des gestes complètement immoraux.

Je me magasine une paire d’écouteurs le plus tôt possible, pour diminuer mon exposition aux fréquences nuisibles.

Si vous désirez voir le reportage, contactez-moi et je vous l’envoie.