158$ et trois points d’inaptitude

En revenant du travail vendredi soir, j’ai rencontré un automobiliste du type qui pense que les cyclistes n’ont pas leur place dans la rue. Du moins, il a une notion plutôt tordue de la sécurité routière.

Circulant sur Beaubien direction est, juste avant la rue St-Michel, il m’a d’abord dépassé en me frôlant. On me dépasse à distance variable, parfois en prenant complètement la voie à sens inverse, parfois en me laissant un mètre. Mais ce jour-là, c’est environ 50 centimètres que le monsieur me donne, nettement en-dessous de la confortable normale. Mais jusque là, rien de catastrophique.

Ça arrive assez régulièrement. Une fois sur deux, je rattrape l’automobiliste au prochain feu de circulation, et je tente de l’informer que sa conduite est dangeureuse. J’arrive de plus en plus à le faire calmement, pour autant qu’on ne m’insulte pas. À vélo, je peux me faufiler d’un côté ou de l’autre de la voiture, et je dis quelque chose comme: « Bonjour! La prochaine fois que vous dépassez un cycliste, pourriez-vous lui laisser un peu plus de place s’il-vous-plaît? »

Vendredi, j’ai attiré l’attention du chauffeur en faisant aller ma main, mais il n’a pas baissé sa fenêtre. Alors je récite ma phrase en criant, l’automobiliste me répondant par un coup d’accélérateur. Il n’alla pas bien loin puisque la voiture devant lui n’avait pas bougé. Il avait jeté les gants, ce qui me mit en colère et j’allai me placer dans la file, devant lui. Il patientera, ou il me passera sur le corps.

Au feu vert, le cortège de véhicules démarre (moi inclus), et pendant un moment il ne tente pas de me dépasser. Puis, au pire instant je m’apperçois qu’il tente la manoeuvre. La voie à sens inverse est densément peuplée, et s’il s’était déplacé de 5 centimètres plus à gauche, il aurait perdu son rétroviseur. À sa droite, je suis en mode survie. J’observe tout très attentivement, prêt à freiner ou à tourner pour me sortir de ce sandwich de tôle. Quand il a passé, je récite à voix haute sa plaque d’immatriculation.

La semaine dernière, j’ai traversé à un feu rouge. La chaussée était mouillée, ce qui rend bruyant le déplacement des automobiles. C’était le grand silence. La voie était libre, et j’ai traversé après m’être arrêté le pied à terre. Un policier m’a vu, et m’a averti que je pourrais avoir des points d’inaptitude sur mon permis de conduire.

J’étais un peu fâché, mais quand-même content que ça soit mon premier avertissement en 10 ans de cyclisme à Montréal. C’est avec cette amertume que j’ai récité sans cesse jusqu’à chez moi le numéro de la plaque d’immatriculation du chauffard qui avait tenté de me donner une leçon. J’ai appelé la police, qui m’a dit que je devais me présenter à un poste de quartier pour faire ma déposition, ce que j’ai fait immédiatement après.

Le monsieur, propriétaire du véhicule dans lequel se trouvait également deux ou trois passagers (sa femme et ses enfants, vraisemblablement), recevra par la poste un constat d’infraction, une amende de 158$ et trois points d’inaptitude. S’il conteste, il se peut que j’aille en cour donner ma version des faits. Je pourrai imprimer ce billet dans quelques mois pour me rafraîchir la mémoire.

Quoi qu’il arrive, mon petit doigt me dit qu’il va soigner sa conduite, et les rues de Montréal s’en trouveront plus sécuritaires.